La réforme de la crèche qui va révolutionner la vie des jeunes parents en Ontario!

Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford a signé hier un accord historique avec le gouvernement fédéral. C’est l’aboutissement de plusieurs années d’activisme et de plaidoyer des organisations locales pour des modes de garde accessibles pour tous.

Le Canada est réputé pour le temps accordé aux parents pour prendre soin de leur nouveau né à la naissance. En effet, il existe un congé maternité de 17 semaines pour la maman et à cela s’ajoute un congé parental dont chacun des deux parents peut jouir simultanément ou l’un après l’autre.

Le congé parental est de 61 semaines, les jeunes parents qui le souhaitent peuvent donc passer toute la première année de leur enfant à en prendre soin !

Le congé parental est non payé par l’employeur mais tout employé peut continuer sa participation aux régimes d’avantages sociaux, retrouve son poste et son ancienneté à son retour. Le parent en congé peut toucher des prestations parentales de l’assurance emploi dégressives en fonction de la durée du congé.

La plupart des couples partagent donc ces congés pour le bonheur de tous.

Si la flexibilité et la durée des congés parentaux canadien sont de véritables aubaines, on ne peut pas en dire autant des modes de garde d’enfants en bas âge. 

Aujourd’hui une place en crèche coûte en moyenne 46 $CAD soit environ 1000$CAD par mois pour un enfant qui va à la crèche du lundi au vendredi. Cela est une moyenne car à Toronto on est plus aux alentours de 1500 $CAD voire plus. La « blague » des jeunes parents est de comparer les sommes investies pour la crèche à la maison qu’ils auraient pu se payer avec des traites du  montant mensuel de la crèche…

L’accord signé hier permettra aux jeunes parents de progressivement faire diminuer leur facture de crèche. L’objectif est de faire diminuer les coûts pour 40% des familles d’ici 2026. Il faudra cependant patienter jusqu’en 2025 pour bénéficier d’un tarif journalier de 10 $CAD soit moins d’un quart du tarif journalier actuel !

Le nombre de places disponibles est également revu à la hausse pour les années à venir ce qui semble plus que nécessaire au vu de la pyramide des âges de l’Ontario et plus particulièrement de Toronto.

D’ici 2026, Toronto devra créer 30 000 places de crèche agréées supplémentaires afin de fournir un mode de garde à 50% des enfants de moins de 4 ans.

Ville de Toronto

Il reste cependant à régler le problème de pénurie de professionnels qualifiés pour que ces mesures soient opérationnelles. En effet, le facteur limitant est bien le manque de main d’oeuvre du secteur de la petite enfance.

Voilà une mesure qui accroit l’attractivité de la province anglophone si vous êtes professionnels de la petite enfance ou avez un projet dans ce secteur!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.